Un peu d’Histoire

Tout à commencé en 1995, lorsque des passionnés ont organisé au mois de mai la rétrospective du Grand Prix Automobile de Marseille sur l’hippodrome Borely!

Le succès fut immédiat, et les compères n’eurent de cesse que de remettre ça… Bloqués en 1996, c’est en 1997 que sur une idée d’Alain Fabre de de Xavier Ducoing, naquirent la première mouture des 100 Tours.

Le modèle va se perfectionner petit à petit jusqu’en 1999, ou le meilleur côtoiera le pire. D’un coté L’épreuve prend sa vocation d’épreuve de régularité sur circuit avec une partie qui se court toujours de nuit, mais de l’autre c’est ce terrible mois de Juin 1999 ou Alain Fabre décède. Un évènement qui annonce des jours sombres pour l’association.

Après la disparition du mentor de l’association en 2000, c’est Pierre Damaz qui prend en mains les destinées de l’association, accompagné par les copains de toujours, ceux du début qui n’ont pas “lâché l’affaire”: Patrice Landes, Xavier Ducoing, Jean-Pierre Fabre Patrick Fornari, Franck Narbonne et Paul de Fraja…

C’est de là qu’est né le Trophée Alain Fabre, Un trophée sur 2, puis 3 épreuves Lédenon, Val de Vienne et Nogaro….

La petite équipe de passionnés comprend que leur formule correspond à une réelle demande. beaucoup de pilotes souhaitaient conduire sur un circuit, dans le cadre d’un meeting bien ficelé, mais n’avaient pas les moyens de faire de la compétition pure et dure… (beaucoup plus coûteuse et impliquante).

En bonus, les 100 tours devenaient le lieu de rencontre des anciens pistards et des pilotes néophytes, ravis d’apprendre de leurs ainés… Sans pression.. Et déjà à cette époque, la petite équipe réfléchissait à une épreuve plus longue… Pourquoi pas 12 ou 24 heures!

En 2001, sous l’influence de Pierre Damaz, l’épreuve prend définitivement son caractère sportif et réunit la rigueur nécessaire à la course automobile sur circuit. Pour des raisons de nuisances sonores, la partie nocturne n’est plus autorisée.

Pour donner plus d’attrait au trophée Alain Fabre, une deuxième épreuve est organisée sur le circuit de Nogaro.

Le Trophée devient un soutien majeur pour l’association SOS Rétinite, un sujet qui tient à coeur à Pierre Damaz, confronté à cette maladie orpheline et quasi incurable.

En 2002, Les 100 Tours sont victime de leur succès : 55 voitures sont au départ de Ledenon et 6 équipages sont sur liste d’attente.

Au départ de Nogaro, les 100 Tours deviennent Européens : 4 équipages Espagnols et 2 équipages Belges. Le travail des bénévoles de l’association devient de plus en plus prenant.

En 2003, le règlement est modifié pour mieux s’adapter au circuit : pneumatiques libres, sécurité carburant… Et la compétition bat son plein.
On retiendra le clou de l’année : deux équipages ex aequo après 4h de course, malgré un chronométrage électronique au 100e de seconde.

2004-2005 Le Trophée valse… à trois temps: Lédenon, Nogaro et Val de Vienne.

On recense 242 pilotes engagés aux 3 épreuves. La troisième épreuve, au Val de Vienne sera au dire des participants, un franc succès : 150 voitures et 351 pilotes . Ony  a même vu une 2CV « de course ».

Une idée folle circule : retourner au Paul Ricard en 2006.

2006-2007, ils en ont tous rêvé, et ils l’ont fait pour eux.

Les 100 Tours sont retournés sur le Paul Ricard. 41 équipages ont eu le privilège de tourner 12 heures sur ce circuit mythique. Il s’agissait de la première compétition organisée sur le Paul Ricard depuis 2000 !
Le rendez-vous est pris pour l’année suivante. L’épreuve est bien rodée. 221 équipages soit 531 pilotes qui ont participé aux 4 épreuves des 100 Tours en 2007 (Dijon s’est inséré dans a boucle).

Le Paul RICARD accueillera les 100 Tours pour une épreuve de 8 heures, qui laissera à tous un grand souvenir.

2008 – 2009, L’organisation va innover e créant les 100 Tours GT sur le Circuit Paul Ricard. C’est un nouveau départ vers les voitures modernes. En VH, l’épreuve de Dijon succède à celle de Lédenon et les pilotes apprécient ce nouveau circuit !

Finalement la formule devra être arrêtée faute de concurrents, prouvant ainsi que les 100 Tours sont définitivement liés au VH.

2019 sera l’année de la relève; Après 19 ans d’assiduité, Pierôt Damaz a décidé de passer la main, et s’est choisi un successeur qu’il estime à la mesure du projet en la personne de Raoul SCULTORE.

Pilote amateur, passionné d’automobiles classiques et de course historique, éditeur du site Classic Racing Annonces

Ce sera à lui de reprendre le flambeau et redonner aux 100 Tours leur lustre d’antan avec 2 ou 3 épreuves par an dès 2020… et sous l’égide du Trophée Classic Racing Annonces.

Joli challenge en perspective !